Le journal de Leokadia

snapshot_7385ef85_1394f28d

Depuis que... euh... j'ai été raccompagnée par toute la brigade à cause de toutes les empreintes que j'avais laissées sur mon emprunt, j'vis sous surveillance intensive en quartier sécurisé... Plus moyen de faire le mur, plus moyen de sécher les cours, plus moyen de vivre quoi. J'suis même obligée de faire mes devoirs, et j'ai le droit de partir que pour aller à l'école ou à la station-service qui me pompe l'air, sous escorte de ma garde rapprochée qui se relaie.
Et le pire, c'est que j'ai tout calculé : si j'me suis pas gourrée, à raison de 71§ par an dans mon job, qu'à ce tarif là j'me demande pourquoi je bosse, il me faudrait 98 années pour rembourser Atiya, qu'à ce rythme là j'me demande aussi pourquoi j'essaye. Et encore, ça, c'est si elle arrête de me compter de pénalités par jour de retard. Parce que là, j'ai même plus envie de calculer, Erehwon c'est Guantanamo et j'ai écopé d'une peine qui se compte en siècles vu les taux qu'elle pratique.

snapshot_7385ef85_73950755

Heureusement que Salomeja a grandi, j'ai une co-détenue volontaire avec qui m'occuper. En plus, j'peux parier mes devoirs avec elle à SSX3. Comme quoi, quand j'ai la motivation, j'peux me défoncer pour être la meilleure.

snapshot_7385ef85_9395252a

Clair qu'il faut s'y mettre à plusieurs à ce niveau : mes devoirs, c'est la grosse pile là, celle qui fait quasi la taille d'un meuble d'appoint. C'est dingue comme ça peut s'accumuler ces machins, les profs c'est juste des gros tarés, faudrait les enfermer à ma place, ils se rendent pas compte comment ça tue trop d'arbres et notre moral de distribuer autant de feuilles à remplir.
Salomeja, en plus, ça lui fait plaisir. Pour elle, c'est super-important de s'entraider en famille, et j'suis 100% d'accord avec elle. D'ailleurs, Atiya, elle pourrait avoir pitié de moi comme du Tiers-Monde et passer un coup d'éponge sur ma dette. Ca, ça serait de la vraie solidarité familiale. Si j'avais su et si elle avait pas aussi peu de thunes que moi, c'est à Salomé que j'aurais chourré un emprunt.

snapshot_7385ef85_7394fda1

Tout cas, les parents, ils sont super contents : ils ont arrêté de culpabiliser sur leur faillite éducative depuis qu'ils constatent qu'ils ont réussi à faire une fille qui s'électrocute pas ou qui se fait pas ramener par les keufs. Clair qu'avec Salomé, ils ont pas de problèmes : c'est même plus qu'elle est dans le rang, c'est elle qu'a carrément servi de modèle pour mouler le moule. Elle adore l'école, elle adore en parler à P'pa qui fait semblant de s'intéresser, elle adore la famille comme Maman, elle adore Erehwon et les chiens comme Papa, elle veut se marier et avoir 6 petits-enfants...
Bref, la fille parfaite. Tout pour me compenser. Tant mieux, j'vais pas faire trop d'efforts pour déséquilibrer la balance égalitaire.

snapshot_7385ef85_539500de

Moi j'dis, et tant pis si ça se dit pas vraiment : méfiez-vous quand même de l'eau qui dort, suffit d'une goutte d'eau pour faire déborder la baignoire. Ma p'tite soeur, elle est super amoureuse d'Oscar Ferrant, ce gros blaireau qui se sent obligé de tenter sa chance avec toutes les filles qui passent. J'ai p'têt pas d'idéal comme me le reprochent les parents, mais au moins j'suis immunisée de la naïveté, et franchement, Salomé, ça me ferait mal pour elle qu'elle tombe de haut avec ce gars.

snapshot_7385ef85_d395337a

A moi, personnellement j'veux dire, le problème c'est qu'il m'arrive tellement rien que j'ai plus rien à raconter. Ils font les 3/8 pour me faire des sermons sur la maturité, j'ai limite l'impression de vivre dans un couvent avec 18 messes obligatoires. Même Karim s'y est mis. Lui, faut dire que je l'écoute pas de mauvaise grâce : l'est tout déprimé depuis qu'il passe plus à la télé, il fait aussi pitié que moi à être forcé de rester à la maison. Pis même quand il fait sa prêche, il reste quand même un peu cool : les leçons sur la vie dans le jaccuzzi, c'est pas crédible une seule seconde et ça passe carrément plus vite.

snapshot_7385ef85_33953fa7

Entre mes parents sur-protecteurs qui veulent rentrer dans le Guiness book des punitions, mon oncle qui loose, ma p'tite soeur qu'adhère à tout comme du gros scotch et ma cousine qu'est devenue encore moins aimable que les portes de ma prison depuis qu'elle aussi goûte aux joies d'avoir un parent chômeur et un autre retraité, y'a qu'un seul truc funky et cool à Erehwon, c'est Jess qui veut redevenir une super-héroïne en free lance. La preuve, c'est que tous les autres le lui reprochent.
J'sais pas exactement ce qu'elle fait, mais elle est toujours au taquet. Quand elle passe pas la nuit dehors à traquer je sais pas quoi ou qui, elle est pendue au téléphone à menacer des gars pour qu'ils lui lâchent des infos ou qu'y suivent ses plans de ouf trop mieux ficelés que le mien à la banque. Ca le fait.

snapshot_7385ef85_b3954219

Pis franchement, sans son enquête, je sais pas comment je maintiendrais un semblant de vie sociale. Ses "indics" comme elle dit, ils sont tous plus beaux et plus stylés les uns que les autres. En plus, ils ont des entrées partout où c'est branché. Aimeric, il passe souvent le soir pour faire des check-points avec Jess, d'ailleurs il a l'air carrément contraint et forcé de venir squatter ici, ça nous fait un point commun dans la vie. Tout cas, l'est trop cool, il m'a filé pleins de tuyaux sur les lieux underground top trendy, j'ai trop hâte d'être enfin libre pour pouvoir y aller, en espérant que ce soit avant qu'ils soient plus top trendy du tout.
Moi, faut aussi que je sois plus prévoyante. Les indics noctambules de ma tata, ils viennent quand on est censé être au lit... Alors le pyjama fluo, c'est pas l'extase pour lier les contacts qui m'aideront à devenir special guest star indispensable de toutes les soirées branchées...

<< Episode 31 : Les notes d'enquête de Jessica (carnet 1) Episode 33 : Les notes d'enquête de Jessica (carnet 2) >>