snapshot_7385ef85_93a05dc8

Atiya travaillait d'arrache-pied et autres membres à extraire de ses plantes la substantifique moelle, botaniquement parlant bien sûr.

snapshot_7385ef85_73a47b9f

Et tandis qu'elle noircissait des feuilles et des feuilles, qui coûtaient cher en arbres, de plans, croquis et dessins, rien n'était plus obscur que ses desseins. Dans le doute, tout le monde préférait quand même courber l'échine, puisqu'il valait mieux en avoir plein le dos qu'Atiya dessus.
Sauf Shalimar, bien décidée à acquérir des compétences potentiellement lucratives en narguant sa demi-sœur la tête haute et bien droite. Adroitement, c'était moins sûr.

snapshot_7385ef85_73a051aa

La plus contorsionnée était tout de même la pauvre Karima, qui ne savait plus comment se recroqueviller pour échapper aux attentions et intentions d'Atiya depuis que celle-ci, en dépit de son statut d'interne en médecine, ou peut-être bien à cause de celui-ci, l'avait désignée cobaye à la maison.

snapshot_7385ef85_33b459c8

" - Si au moins je pouvais en tirer profit pour mon travail... T'as pas une idée comme la dernière fois, toi ?
  - Ben... t'as qu'à faire exactement comme la dernière fois... "

snapshot_7385ef85_d3cb8166

Il fallait l'aplomb d'une vie de brimades à domicile pour prendre le risque de se plomber comme ça. Armée d'un dossier maxi best-of assez indigeste des notes et schémas d'Atiya et de la grand-mère Irène, elle pénétra dans le bureau du chef de service, l'air le plus pénétré possible aussi pour faire  encore plus profonde, et  elle lui asséna qu'elle l'avait bien observé et que ses surjets de suture étaient un peu hors-sujet.
Comme le dossier sur lequel elle s'appuyait pour ne pas vaciller n'était pas d'elle, elle retint toute son attention. Mais comme elle restait trop générale, il ne la promut que généraliste, restriction somme toute débridée au vu de ce qu'elle savait vraiment des sutures en particulier, et de la médecine en général.

snapshot_7385ef85_d3a471b5

Atiya prit la nouvelle de la promotion de sa sœur étonnamment bien, presqu'avec une forme de vieille sagesse indifférente qui ne laissa pas indifférent.

"  - Ca va Atiya ? T'es pas malade ?
   - Parce que si je l'étais, t'aurais peut-être une généraliste à me recommander ?
   - Ben ...
   - Et si ça me fait plaisir, à moi, de voir mes recherches infuser dans la communauté médicale ? On juge la qualité du thé, pas du sachet !"

snapshot_7385ef85_d3a48164

" - Ah Karima ! Je te cherchais ! Puisque tu as tant que ça envie de te placer en première ligne de mes travaux, viens par ici goûter ma décoction de beta vulgaris extra !
  - Bête et vulgaire ? Tu... tu... crois que je te vois pas venir ?
  - Mais ma courge, c'est le nom scientifique de la betterave en latin simlish, comme laganaphyllis simnovorii atiyatae pour la plante-vache. Et puis c'est de l'homéopathie, on soigne le mal par le mal !
  - Ben... euh.... ça va pas mal... j'ai pas très soif, en fait...
  - Il y a un proverbe hindou qui dit : refuser une boisson qu'on vous tend sans vacherie, c'est prendre le risque de se faire voir et boire en laiterie. Tu vois ce que je veux dire ou tu veux méditer davantage la grande sagesse orientale qui sanctifie les bovins autant que moi ?"

snapshot_7385ef85_f3a480ae

" - Alors ?
  - Ben... c'est marrant, mais je me sens comme plus charismatique tout d'un coup !
  - C'est pas évident du tout, recommence !"

snapshot_7385ef85_33a481a4

" - Et là ?
  - Ben... c'est vraiment bizarre ton truc, c'est comme si j'avais les idées beaucoup plus claires, je me sens bien plus logique !
  - Voyez-vous ça... Par exemple, au hasard, que penses-tu de l'idée de fouiller dans mon disque dur ?
  - C'était stupide Atiya, je suis désolée...
  - Mais c'est que ça marche !"

snapshot_7385ef85_d3a481ac

" - Essaie donc cette décoction de malus pumila...
  - Malus ?
  - Puisque j'te dis qu'en homéopathie, c'est du bonus. Alors ?
  - Je me sens prête à apprendre plein de nouveaux trucs !
  - A la bonne heure... T'emballes pas trop, ça t'aiderait juste à faire des devoirs, si d'aventure périlleuse t'avais été à la fac... Pour t'apprendre des trucs sans appréhension, il faudrait au moins mixer tous mes principes actifs..."

*Ca, c'est le nectar jack-pot ! Ringardisé le prof particulier, place aux amphets' pour des devoirs expédiés ! Et puis si Mangez des pommes ça permet de devenir président, buvez-en ça doit bien faire faire fortune ! *

snapshot_7385ef85_33a4801c

" - Je t'assure Atiya, je te trouve changée...
  - Ah mais ça, c'est l'effet de ma potion Tagada, vous emballez pas, c'est temporaire... Vous me voyez en trompe-l'œil, attention au mur"

snapshot_7385ef85_b3a48232

Mais à vrai dire, Atiya se sentait carrément bien. Faire la pluie et le beau temps avec les températures corporelles, rendre la pêche avec des fraises et des haricots, agiter l'activité cérébrale jusqu'à ce que Karima elle-même se sente plus compétente... ça en faisait des accomplissements de recherches dont elle était fière.

[NDLA : C'était un beau jour d'août 2007, il me semble... Ou non, je ne sais plus, de toute façon il faisait sans doute moche, puisque j'étais à l'intérieur le nez rivé sur mon ordinateur. J'avais commencé mon legacy en avril avec cette espèce d'assurance donnée par un démarrage dans les starting-blocks des nouvelles règles qui avait tout refondu et fait fondre un plomb à ceux qui suivaient les anciennes...
Oh, bien sûr, j'avais bien remarqué que les Saisons n'étaient pas encore intégrées... Alors, si je laissais jardiner, je conservais les fruits des récoltes bien sagement, dans le doute de ce que j'avais le droit ou non d'en faire
(je me disais surtout que les cocktails de fruits venaient contredire le handicap "Traumatisé à vie" - celui qui interdit d'utiliser les récompenses d'aspiration - car, franchement, que vaut la privation d'un casque pensant face à un verre de jus de betterave... non, pardon, Atiya, de "décoction de beta vulgaris extra".
Bref, par mon jour tout pluvieux et foireux d'août 2007, je me suis pris la première mise à jour des règles en pleine poire, avec son obligation de planter des pommes ou des scoubidoubidous le premier jour du challenge, le truc qu'on a plaisir à apprendre à la jonction des 3° et 4° générations... Chouette, une catégorie notée sur 2 au lieu de 10 ! Comme une pénalité de 8 points d'un seul coup, un record, même pour les Pilgrim !
Autant dire que mon Attila qui a décidé de laisser pousser l'herbe sur son passage au galop,
ça m'a quand même bien fait plaisir à moi aussi.]

snapshot_7385ef85_f3a4878c

Les décoctions de légumes ne tardèrent pas à porter leurs fruits.

Loin de lui opposer la même fin de non-recevoir navrée que lors de ses considérations sur la manière de parler des aras d'Oustra, le monde de l'édition lui ouvrit ses portes. Et la pubication de ses conseils de bien-être par les plantes naturelles, sans les recettes, créa d'elle-même l'engouement du public pour ses petites fioles dérivées, garanties sans dérivés pétrochimiques.
Devenue gourou de l'écologie et d'un art de vivre à part entière, elle facturait la moindre de ses conférences 10.047 § TTC, si bien qu'il lui suffit d'une seule apparition publique triomphale pour réaliser un rêve qu'elle croyait fou : amasser son 100.000° simoleon.

*Je le savais... Si la médecine conventionnelle t'ignore, crée toi-même ta propre médecine alternative qui rapportera dix fois plus...*

snapshot_7385ef85_d3b4ec3e

Bien entendu, Shalimar trouva l'occasion trop belle pour la laisser passer, et tandis qu'elle occupait sa boulimie commerciale à composer de gentils bouquets et de charmants jouets qu'elle revendait dans le quartier à des prix tout à fait raisonnables, elle se dépêcha de ressortir ses cours de robotiques de l'académie militaire pour bricoler quelques lucratifs gadgets de télé-achat, et accomplir ainsi, presqu'en toute discrétion, comme s'il n'y avait pas de quoi en fondre un fromage, l'accumulation d'un 100.000° simoléon aussi.
Et, l'air de rien, c'était comme si, à la différence de sa demi-sœur insatiable, elle s'en trouvait comme réjouie à vie. Toute proportion pécunière gardée, elle était plus simple à contenter.

snapshot_7385ef85_f3b1d45e

Et sans décoction de fraises à laquelle elle n'aurait, de toute façon, pas touché si Atiya lui en avait tendu, elle jouait les modestes primesautières au petit-déjeuner.

"Vraiment, pas de quoi faire un plat de quelques bricolages ! Le seul truc, c'est que je suis bien contente d'être arrivée à 100.000 simoléons avant la trentaine, sinon je me serais vraiment dit que j'avais vu tout faux dans mes objectifs de vie."

snapshot_7385ef85_f3b1a9dc

Le compliment toucha droit au néant qui tenait lieu de cœur à Atiya, et ce n'était pas rien que de plonger droit dans ce vide.

*Pauvre sotte... S'il n'y avait pas eu les bazars de Guerlain, j'aimerais bien voir comment elle s'y serait pris pour se les amasser, ses 100.000 simoléons. Mais c'est une idée fixe, chez cette grognasse, de considérer comme sien ce qui est aux autres...*

snapshot_7385ef85_93b312b5

" - Tu m'en feras aussi, dis, des décoctions aux plantes pour que je devienne plus intelligent et chef de staff comme toi, Atiya ?
  - Leokadia a passé sa vie à se voiler la face, mais t'as vraiment toujours eu dix trains de retard, mon pauvre Ryszard. Si tu as bien écouté ta cousine, je suis une vieille acariâtre d'avoir comblé si tard l'un de mes rêves, et je ne suis même pas chef de staff. Pas le genre de personne à rendre des services pour la seule beauté du geste, mon garçon. T'aurais dû me demander hier quand j'étais de bonne humeur, aujourd'hui, c'est fini, j't'avais prévenu que les fraises ne faisaient pas le printemps"

snapshot_7385ef85_53a48a08

A vrai dire, et à son esprit tordu défendant, Atiya était encore une fois en phase avec sa demi-sœur télépathe, qui était d'humeur si joyeuse qu'elle avait décidé d'arborer son plus beau sourire pour le premier anniversaire de Kasha.
C'est qu'à Erehwon, sans son frère, elle trouvait le temps long et filant à la fois...

snapshot_d3990144_73b440c2

Guerlain, dûment diplômé en art pompier, quoique sans honneurs ni palmes académiques, et fier de sa vingtaine de conquêtes, pour lesquelles il ne méritait pourtant pas d'auréole non plus, se faisait une joie de quitter, enfin, l'académie militaire.

snapshot_d3990144_d3d044b5

Il s'engouffra sans une once de regret dans le taxi, laissant derrière lui avec soulagement les monomanes de la gâchette, quoiqu'il ne fût pas très malin de leur faire dos.
Il nourrissait bien quelque nostalgie pour la jeep qu'il avait si souvent inspectée, mais même pas pour le jacuzzi de ses exploits, échaudé par les combustions spontanées des trois recrues dont les fantômes l'avaient assez empêché de dormir, d'une façon qui n'était pas du tout celle qu'il préférait.

Il alla très exactement jusqu'au bout de la rue, au poste de contrôle qui devait lui délivrer son exeat... Héritier d'un programme de colonisation de la nouvelle frontière avec les responsabilités afférentes, ancien de l'académie militaire, ce couard garçon qui n'avait de militaire que le goût prononcé des permissions avait un peu trop attiré l'attention sur lui : on lui notifia sèchement qu'en vertu du règlement martial qui interdit plus de huit résidents dans les terrains des colonies, il ne pouvait se voir délivrer de laisser-passer. Enrégimenté d'office dans un bataillon de réservistes à son corps défendant, pourtant pas très regardant, il en était bon pour y attendre, et attendre encore...

snapshot_7385ef85_93cc134d

" - ... la mort d'Atiya, y a pas d'autre solution !
  - Y'a aucun doute possible, vous êtes pas frangines pour rien !"

<< Episode 3 : A vos souhaits ! Episode 5 : Potes et népotes >>