27 sept. 07

2. Le bal des revenants

On devait être au CP depuis 4 ou 5 mois quand, à la récré, des "grands" sont venus nous voir. Ils voulaient savoir si on s'appelait bien Pilgrim et qu'on était bien les enfants de nos parents. Au départ, je me souviens qu'on a eu peur qu'ils veuillent nous piquer notre argent de poche. Au lieu de ça, ils nous ont demandé comment allaient Douce, Docile, Papa et Maman... en les appelant "Papa" et "Maman". De nos yeux de gamins de 6 ans, c'était juste incompréhensible : Maman nous avait préservés... [Lire la suite]
Posté par Toutouche à 19:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

30 sept. 07

3. Les joies du privé

Plus les années ont passé dans le primaire, plus l'école et les devoirs nous sont passés au-dessus de la tête à tous les deux. Oui, même par dessus la tignasse de Karim. De plus en plus, il s'intéressait aux distractions et aux jeux plutôt qu'à l'approfondissement du dessin de triangle par le théorème de bidule, au grand désespoir de Maman.Comme nos bulletins n'étaient pas remplis de déclarations d'amour de nos maîtresses, Maman a décidé pour notre entrée en 6° de déployer les grands moyens... Lui, c'est Boris Barrault,... [Lire la suite]
Posté par Toutouche à 16:29 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
02 oct. 07

4. Les délices de la puberté

A notre entrée en cinquième, on a cru avoir une bonne surprise quand Maman a fait construire une cabane à côté de la maison. Karim et moi, on y voyait mille usages et autant de possibilités : monter un groupe de rock, avoir un home-cinema, organiser notre première boum avec une boule disco au plafond et des spots qu'on peut éteindre discrètement pour les slows... Mais en guise de surprise, on a trouvé Cécile qui ronflait à fissurer les murs : elle était désormais notre "gouvernante".... Ca voulait dire qu'on... [Lire la suite]
Posté par Toutouche à 16:34 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
05 oct. 07

5. Elim the tombeur !

Elim ze tombeur est devenu mon surnom au lycée. Du moins, c'est comme ça que j'aurais tant aimé que les autres m'appellent qu'au final, dans mes souvenirs, c'est tout comme si ça l'était devenu. Pendant que Karim accumulait les déconvenues, ma gentille petite histoire avec Lisa la bavaroise avait évolué -- au même rythme que mon hypothalamus et la hausse de mon taux de testostérone, toujours dixit Maman, bien entendu.Avec elle, j'ai découvert les plaisirs indicibles des baisers langoureux à vous empêcher de respirer. ... [Lire la suite]
Posté par Toutouche à 13:33 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
05 oct. 07

6. Orphelins...

Maman attendait, comme elle disait : "que toute cette phase passe, que ces expériences navrantes et cette jeunesse se fassent". Et de toute évidence, "tout ça" n'avait pas trouvé rythme assez rapide à son goût. A notre corps défendant, ce n'était pourtant pas faute de nous acharner à essayer d'expérimenter à tous les râteliers, Karim et moi. Elle s'occupait tant qu'elle pouvait en attendant, parfaisant l'éducation des chiens que je négligeais un peu depuis que, toujours d'après elle, j'étais "une... [Lire la suite]
Posté par Toutouche à 21:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 oct. 07

7. La vie continue...

Grâce à mes contacts à la maison de retraite, on a réussi à convaincre l'increvable Cécile qu'elle serait mieux à refuser de mourir là bas - et nous, on serait bien mieux ici, débarassés d'elle. Je n'ai même pas eu besoin de m'en faire à la perspective de la revoir en allant m'occuper du club de l'almanach : un p'tit vieux sympa avait été impressionné par ma patience pour expliquer mille fois de suite la différence entre clic, double-clic et clic droit, et il m'avait recommandé à son fils journaliste qui m'avait pistonné... [Lire la suite]
Posté par Toutouche à 20:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 oct. 07

8. La roue tourne dans tous les sens

Après le sale coup de Trafalgar de mon frère, je me suis retrouvé pour un temps qui m'a semblé bien long dans la peau d'un adolescent mal dans sa peau à problèmes.Le relooking ayant été si profitable à Karim, à mon lourd détriment qui était là pour en parler, j'ai fait des frais en abandonnant les culottes courtes que j'arborais depuis mes 14 ans sous les railleries fraternelles et opté pour un style "coiffé-décoiffé" plus mature qui, j'y comptais bien, me rendrait tout mon pouvoir aimantesque sur les filles, ou, à... [Lire la suite]
Posté par Toutouche à 18:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 oct. 07

9. Le testament de Léo

Mes très chers fils, J'ai du mal à penser que j'serai plus qu'un tas de compost décomposé six pieds sous terre quand vous lirez ça, mais faut bien que j'me rende à l'évidence : j'suis plus tout jeune et j'vois pas de cure de jouvence se profiler à l'horizon qui se rapproche dangereusement de ma tête. J'espère que vous deviendrez de bon p'tits gars et que vous en ferez pas trop baver à mon Irène. J'm'en fais pas, j'compte sur elle pour vous serrer la vis. Et j'vous préviens tout de suite, si vous parlez mal à votre mère,... [Lire la suite]
Posté par Toutouche à 18:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
11 oct. 07

10. Premiers pas d'hommes à femmes, phase de rôdage

Une fois Karim parti, je me suis retrouvé un peu seul face à moi-même qui me reflétait dans la glace. Et les câlins à soi-même, c'est quand même pas très réconfortant. Car si j'avais juré à mon frère que je me moquais d'aller à la fac et que je reprenais l'engagement de Papa la fleur au fusil et le coeur en écharpe, avoir raté ma chance de faire des études supérieures et de recevoir une éducation plus poussée, comme on dit, m'a tout de même taraudé. Tout ça faisait un paquet de lourdes responsabilités pour mes épaules... [Lire la suite]
Posté par Toutouche à 21:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
12 oct. 07

11. Premiers feux de l'amour, phase d'essai

Grâce à Hélène Ferrand et au film qu'elle s'était fait toute seule dans sa tête sur notre avenir de carte postable en pavillon de banlieue et monospace, Héléna était non seulement partie sans demander son reste, mais ma poubelle se retrouvait tous les matins à l'horizontale, contrairement à moi qui n'avais toujours pas vu l'ombre de cette position. Heureusement pour moi, j'ai toujours su faire fi des adversités et passer à autre chose sans trop m'apesantir sur les phases de transition. Et un jour, alors que je... [Lire la suite]
Posté par Toutouche à 09:19 - - Commentaires [5] - Permalien [#]