Elim ze tombeur est devenu mon surnom au lycée. Du moins, c'est comme ça que j'aurais tant aimé que les autres m'appellent qu'au final, dans mes souvenirs, c'est tout comme si ça l'était devenu.

05

Pendant que Karim accumulait les déconvenues, ma gentille petite histoire avec Lisa la bavaroise avait évolué -- au même rythme que mon hypothalamus et la hausse de mon taux de testostérone, toujours dixit Maman, bien entendu.

Avec elle, j'ai découvert les plaisirs indicibles des baisers langoureux à vous empêcher de respirer.

07

Malheureusement pour notre avenir radieux à deux, j'ai fini par me lasser de l'entendre dire en permanence : "Ach, Elim, du bist le plouch beau der Männer chai rencontré ichi, ich liebe dich tellement". Je ne parlais toujours pas allemand, et elle ne faisait toujours pas de progrès dans notre langue : ce qu'on pouvait partager en la matière restait, par la force des choses, limité au chatouillage de glotte.

Et puis... si je dois tout confesser, je suis un peu comme ça : je m'enflamme très vite tout feu tout flamme, mais l'incendie s'éteint vite pour reprendre de plus belle un peu plus loin. L'engagement à l'amour toujours et les promesses de fidélité qui vont avec, ça ne me tente pas trop, même si ce n'est pas évident à faire comprendre à la plupart des filles. Comment dire ça en féminin ? C'est comme la vitrine d'un pâtissier: on ne peut pas se résoudre à ne prendre que les éclairs au chocolat, quand il y a aussi les religieuses au café, les profiterolles et les tartelettes au citron qui vous font de l'oeil... Ou bien, ça serait comme n'acheter qu'une seule paire de chaussures pendant les soldes : c'est juste une torture inhumaine.

snapshot_7385ef85_d38b91e9

En suivant avidement les déboires de mon frère dans son journal, j'avais à vrai dire un tout nouveau défi en tête. Il faut dire qu'avec mon frère, les enjeux de notre compétition avaient mué en même temps que nous.

Fiiiiiioushhh !

" - Alors Karim, ça y est, t'es prêt à devenir jardinier ? T'as combien de râteaux ? Mouarf !
  - Franchement, la ferme Elim ! Moi au moins, j'peins pas des trucs débiles comme un gamin de 3 ans en bermuda !"

snapshot_7385ef85_938bed2c

En toute honnêteté, je ne sais pas ce qu'il avait contre mes peintures. Aujourd'hui encore, j'adore celle-là. Je l'avais appelée "Le chat attrappe la souris", en référence habile & subtile à moi et aux filles.

Mais revenons au grand challenge de mon adolescence: Bénédicte Royer, la jolie blonde au sujet de laquelle tous les garçons du public et du privé fantasmaient en secret, mon frère compris, et moi tout comme eux. Mais à l'instar de Karim, j'avais encore quelques ajustements à faire sur les compliments et autres enrobages de séduction dont les filles ont besoin comme du chocolat...

Fiiiiiiouuuushhhhh !

09

"T'sais Béné, les autres gars ils disent p'têt que t'as des oeufs sur le plat, moi j'trouve que ta robe hypra courte elle met drôlement bien tes avantages naturels en valeur"

[Béné prend un air très peiné]

10

"- Chanmé comment t'es trop un galérien comme ton frère, toi ! Vous me faites trop planer les jumeaux comment c'est dur pour vous les travaux d'approche ! Sérieux, j'suis censée être flattée, là ?
- Ben... un peu quand même... y'a de l'intention derrière, quoi"

snapshot_7385ef85_738ba6ad

" - Vas-y, c'est tous aux abris nucléaires tes techniques de drague....
  - Euh... ben..."

snapshot_7385ef85_338ba768

" - Pourtant Lisa elle dit que je suis un magicien du chatouillage de glotte...
  - Lisa, c'est l'Allemande, là ? C'est trop pas une référence à mettre sur son CV si tu veux qu'on te rappelle!"

snapshot_7385ef85_f38ba6be

" - Si tu me donnes le temps et qu'on apprend à mieux se connaître, je t'assure que tu seras surpris...
  - J'suis MDR là. Enfin, au moins, t'es moins lourd que ton frère, t'es marrant à regarder ramer !
  - Ah ! Ben tu sais ce qu'on dit des femmes qu'on fait rire...
  - J'sais aussi c'qu'on dit des blondes, mais ch'uis pas du genre à croire tout ce qu'on dit"

Bénédicte, en dépit des apparences, notamment la sienne, n'était pas fille facile. Ou, du moins, il fallait perséverer un peu.

Trois semaines après, j'avais emprunté une idée à mon père...

snapshot_7385ef85_b38ba777

" - Béné, j't'ai écrit un poème. Ca fait :
            Ma belle et tendre, ma douce, ma muse Bénédicte
            Mes paroles, c'est ta beauté subliminale qui les dicte
            Car mon coeur le crie, quand je pense à tes cheveux blonds
            L'avenir est pour nous de celui dont on fait les chansons
  - Pêtée de rire !!! Comment c'est méga naze !!!"

Encore trois semaines plus tard...

snapshot_7385ef85_b38ba7a4

"Sérieux, t'es lourd comme ton frère en fait à insister tout le temps, en plus j'en ai trop marre des pseudo rencarts à balle deux le soir au fond de ton jardin pour pas que ta mère elle nous voie !"

Wooosh !

Il aura donc fallu du temps et de la persévérance pour obtenir sa pitié la séduire... Ma grande consolation du moment, c'était que Karim rencontrait au moins autant de difficultés persistantes à obtenir ses premiers premiers rendez-vous.

Le journal de Karim

15

J'en ai trop marre des meufs. J'y comprends que dalle. Sophie Miguel, je sais même pas ce qui m'a pris de l'inviter : y a rien qui l'intéresse de tout ce que je peux lui raconter d'intéressant, elle trouve tout naze.

snapshot_7385ef85_938be28a

Elle me saoûlait tellement que j'l'ai plantée avec Cécile pour une pancake-moisi-party. Ca lui fera les pieds et ptêt même une gastro au bide, bien fait.

snapshot_7385ef85_538c6a13

J'préfère aller en ville. Je hais ce trou à rat, y'a pas moyen d'en sortir sauf le week-end. On est loin de tout, c'est naze et tout mon argent de poche passe en taxi, tout ça parce que Maman veut pas qu'on passe le permis tant qu'on n'est pas devenus "plus responsables".

Allez, cool attitude, man ! Direction Connectisims, paraît qu'ils organisent du speed-dating, des fois.

12

" - Saluuut, j'adoooore trop ton style de rebelle contre la dictature des mannequins et du maquillage...
  - .... "

snapshot_7385ef85_f38bac06

" - ...
  - Ok ! Reste à te faire ta conversation silencieuse toute seule !"

Pffff.... le style intello, en plus, j'aime même pas ça. Mais... j'rêve ou la blonde au bérêt elle m'a maté en passant ?

11

"Saluuuuut, un d'ces week-ends, j'pourrais piquer la caisse de ma mère et on pourrait se faire une petite virée romantique qui fait tanguer la voiture, tu vois c'que j'veux dire subtilement ?"

11b

" Bien sûr, tu me passeras un coup de fil au commissariat, et je me ferai un plaisir de te ramener à ta mère avec une belle amende si tu t'avises de rouler sans permis, compris ?"

Super, une flic. Elle me matait pas, elle repèrait le potentiel mineur en fugue. Trop deg comment son staïle under cover de bombe m'a eu comme un bleu.

10

" Saluuuut, t'es au lycée public, j't'ai jamais vue par ici ?"

snapshot_7385ef85_538ba8e0

" Non, j'suis chargée de recherche. Et vénale et matérialiste, d'après les mémoires de ton cher papa, à qui tu pourras dire que j'ai pas lu la suite de son torchon après le passage sur moi, mais que je suis bien contente qu'il m'ait jamais rappelée et qu'effectivement j'aurais fui en voyant son cabanon"

De mieux en mieux, une cinglée qui croit qu'elle a eu un rencart avec mon père mort de vieillesse y'a 13 ans. Je kiffe le speed-dating !

snapshot_7385ef85_f38ba95e

"Saluuuuuut, si tu sors avec moi, j'te montrerai ma collection de fantômes chez moi !"

snapshot_7385ef85_138bab19

"Dites-moi, Magalie, les mineurs, je ne les détourne pas si j'accepte qu'ils m'offrent un café quand je n'ai malencontreusement pas la monnaie sur moi ?"

13

Mais j'en ai maaaaaarreeeeeuh !!! J'me suis fait carrotte de 20§ en plus !

<< Episode 4 : Les délices de la puberté Episode 6 : Oprhelins... >>